Crapaud calamite

Epidalea calamita (Laurenti, 1768)

Classe : Amphibia Ordre : Anura Famille : Bufonidae Genre : Epidalea

  • 575
    observations

  • 44
    communes

  • 195
    observateurs

  • Première observation
    1915

  • Dernière observation
    2021
Nom Departement Dernière observation Nombre d'observations
Ault 80 1988 1
Barenton-Bugny 02 1997 1
Beauchamps 80 1979 1
Becquigny 02 1979 1
Bohain-en-Vermandois 02 2000 1
Boismont 80 2020 15
Boncourt 02 2016 4
Brancourt-le-Grand 02 2014 2
Cayeux-sur-Mer 80 2020 124
Chivy-lès-Étouvelles 02 1915 1
Favières 80 2000 1
Fonsomme 02 2006 2
Forest-Montiers 80 2016 1
Fort-Mahon-Plage 80 2021 106
Grougis 02 2017 4
La Chaussée-Tirancourt 80 2018 1
La Malmaison 02 2016 2
Lanchères 80 2013 8
Lappion 02 2015 5
La Selve 02 2015 3
La Ville-aux-Bois-lès-Dizy 02 1915 1
Le Crotoy 80 2021 31
Molliens-Dreuil 80 2009 1
Noyelles-sur-Mer 80 2020 3
Oissy 80 2009 2
Pendé 80 2013 1
Péronne 80 2020 2
Ponthoile 80 2014 8
Port-le-Grand 80 1986 1
Presles-et-Boves 02 2019 28
Quend 80 2021 19
Ramicourt 02 2016 3
Riencourt 80 2009 2
Rue 80 2019 4
Saigneville 80 2020 4
Saint-Erme-Outre-et-Ramecourt 02 1915 1
Saint-Maximin 60 2016 2
Saint-Quentin-en-Tourmont 80 2020 55
Saint-Valery-sur-Somme 80 1980 2
Sissonne 02 2016 29
Vaux-Andigny 02 2012 1
Verneuil-sur-Serre 02 1915 1
Voulpaix 02 1915 1
Woignarue 80 2020 49

Informations sur l'espèce

En Picardie, l’espèce, assez rare, est surtout présente dans l’Aisne et la Somme. Une bonne partie de la population se concentre sur le littoral et sur quelques stations dans l’Aisne. Dans l’Oise, un seul secteur de présence a été repéré dans le Valois.
Les populations continentales de Crapaud calamite sont surtout liées aux carrières d’extraction de granulats.
Son habitat est typiquement constitué d’une végétation ouverte et rase, alternant avec des zones de sol nu et meuble : dunes, galets, terrils, carrières, occasionnellement bords de champs inondés. Ses biotopes sont généralement caractérisés par un fort ensoleillement.
La reproduction a lieu de fin mars à juin, mais la phase aquatique peut durer jusqu'à septembre.
Il hiberne du mois de septembre au mois de mars.
Hormis sur le littoral où les populations semblent stables, il est menacé d'extinction à l'échelle régionale, comme dans d'autres régions.
Comme les autres espèces du groupe des amphibiens, il est très sensible à la destruction de ses habitats (développement des zones cultivées, baisse de la qualité et des niveaux d'eau), ainsi qu'à leur fragmentation (urbanisation, routes, canaux), aux pesticides et à la circulation routière. Dans le cas du Crapaud calamite, on peut citer d'autres menaces telles que le ré-aménagement de sites industriels (carrières, terrils) et l'embroussaillement de ses habitats littoraux.
Il s'agit d'un crapaud de taille moyenne (6-9 cm).
En comparaison avec le Crapaud commun, la plupart du temps, il arbore une ligne jaune verdâtre au milieu du dos. Il est également reconnaissable à ses glandes parotoïdes parallèles, sa pupille horizontale et son iris de couleur vert métallique. Il ne saute pas mais trottine.
Son chant caractéristique permet également de déceler sa présence. Il forme souvent des chœurs très sonores, audibles à plus d'un kilomètre.
La ponte est formée de longs cordons d'œufs alternés sur 1 à 2 rangs, en général posés directement sur le substrat.
Bufo calamita Laurenti, 1768 | Bufo calamita (Laurenti, 1768) | Bufo cruciatus Schneider, 1799 | Bufo cursor Daudin, 1803 | Rana ecaudata Razoumowsky, 1789 | Rana fetidissima Boulenger, 1898 | Rana mephitica Shaw, 1802 | Rana portentosa Blumenbach, 1797

Signalements

Les informations données ici représentent l'état actuel des connaissances et ne peuvent être considérées comme exhaustives.