Tournepierre à collier

Arenaria interpres (Linnaeus, 1758)

Classe : Aves Ordre : Charadriiformes Famille : Scolopacidae Genre : Arenaria

  • 687
    observations

  • 28
    communes

  • 120
    observateurs

  • Première observation
    1975

  • Dernière observation
    2020
Nom Departement Dernière observation Nombre d'observations
Ault 80 2002 1
Beauvais 60 2011 1
Brancourt-le-Grand 02 1998 1
Bucy-le-Long 02 2017 4
Cayeux-sur-Mer 80 2020 155
Chevrières 60 2005 1
Daours 80 2019 2
Fort-Mahon-Plage 80 2008 58
Grand-Laviers 80 1998 1
Hallu 80 2002 1
Houdancourt 60 2010 6
Ignaucourt 80 1995 1
Le Crotoy 80 2010 9
Limé 02 2004 1
Mers-les-Bains 80 2007 1
Monceau-le-Neuf-et-Faucouzy 02 2001 1
Nizy-le-Comte 02 2001 1
Origny-Sainte-Benoite 02 2011 5
Pont-Sainte-Maxence 60 2010 1
Quend 80 2012 3
Rivecourt 60 2017 4
Rouvroy-en-Santerre 80 2002 1
Roye 80 2007 1
Saint-Quentin-en-Tourmont 80 2018 57
Varesnes 60 2011 1
Vauciennes 60 2001 1
Vez 60 2001 1
Woignarue 80 2014 4

Informations sur l'espèce

Il niche sur le littoral arctique et n'est visible en France que durant ses migrations, ou durant l'hiver. Il peut alors se trouver en Picardie (en avril-mai principalement).
Le Tournepierre porte bien son nom. A l'aide de son bec, petit mais robuste, il soulève des cailloux parfois plus lourds que lui, à la recherche de sa nourriture (insectes, larves, crustacés, mollusques, graines, algues...). Son bec lui sert aussi de couteau pour détacher les algues, ou de pioche pour fouiller le sol.
Il fréquente les côtes caillouteuses ou d'autres substrats durs, battus par les vagues. A marée haute on peut le retrouver au bord des lagunes, des champs et des pâtures littorales.
Il est visible dans les 3 départements picards, mais majoritairement sur le littoral.
Non renseignée pour le moment
Non renseignée pour le moment
Tringa interpres Linnaeus, 1758

Signalements mensuels

Les informations données ici représentent l'état actuel des connaissances et ne peuvent être considérées comme exhaustives.