Sérotine commune

Eptesicus serotinus (Schreber, 1774)

Classe : Mammalia Ordre : Chiroptera Famille : Vespertilionidae Genre : Eptesicus

  • 1 305
    observations

  • 457
    communes

  • 311
    observateurs

  • Première observation
    1997

  • Dernière observation
    2021

Ce taxon est considéré comme sensible, la localisation à l'échelle communale n'est donc pas publique.

Informations sur l'espèce

La Sérotine commune est présente toute l'année dans les bâtiments : les effectifs varient au cours des saisons. Ceci en fait une spécificité lorsqu'il y a des travaux prévus.
La Sérotine commune (Eptesicus serotinus) est d’assez grande taille (10 cm de la tête à la queue), son allure est robuste et sa mâchoire est forte. Son pelage est long et marron sur le dos avec une légère teinte plus claire sur le ventre, la face et les membranes sont sombres. Les oreilles sont moyennes avec un tragus courbé vers l’avant (ARTHUR & LEMAIRE, 2015).

En France, l’espèce est très commune avec une estimation des populations d’un minimum de 6 000 individus sur 7000km². (ARTHUR & LEMAIRE, 2015). En ancienne région Picardie, la présence de l’espèce est détectée sur l’ensemble du territoire, cependant la population est peu dense. Une quinzaine de maternités est connue : vallée de la Somme, territoire Oise Pays de France et dans l’Aisne. L’espèce est quasi-menacée en Picardie (évaluation liste rouge, 2016).

Elle se retrouve en campagne et en zone urbaine, avec une préférence pour les milieux mixtes. Cette espèce est anthropophile et « labyrinthophile ». Évoluant avec aisance dans les interstices, les individus se rassemblent dans des combles, des toitures et des murs de bâtiments. Elles utilisent aussi bien les bâtiments récents du type pavillon individuel, que des immeubles, ou encore d’anciens corps de ferme et châteaux.

Les gîtes sont occupés toute l’année : les effectifs varient selon la saison, hibernation, mise-base, transition.

10 à 50 femelles constituent une maternité. Chacune a un seul petit qu’elle élève pendant la belle saison (comme la plupart des chauves-souris. Elle privilégie les gîtes proches d’un environnement forestier ou bocager.

Le territoire de chasse est assez flexible, avec une préférence de l’espèce pour les milieux mixtes ouverts avec présence de bocage, de zone humide, de lisière, d’allée de sous-bois, … Elle chasse également en zone urbaine sous les éclairages, dans les parcs et les jardins. Le périmètre de chasse s’étend sur environ 3km, 6km maximum autour de la colonie (ARTHUR & LEMAIRE, 2015).

La Sérotine commune émet en Fréquence Modulée Aplanie entre 24 et 30kHz mais plus souvent de 25 à 27kHz. Ces émissions sont proches de celles des autres espèces de Sérotines et de la Noctule de Leisler (ARTHUR & LEMAIRE, 2015).
Non renseignée pour le moment
La destruction de ses gîtes.
Espèce visiblement peu commune en Picardie. Sa particularité d'utiliser des gîtes en bâtiments nécessite de la faire connaître.
Pour les gîtes : laisser des interstices accessibles aux toitures et combles de maison. Conserver le bocage, et limiter l'utilisation de produits chimiques dans les jardins pour favoriser ses proies (papillons, hannetons, ...).
Non renseignée pour le moment
Eptesicus boscai | Eptesicus incisivus | Eptesicus insularis | Eptesicus intermedius | Eptesicus isabellinus Cabrera | Eptesicus kuhlii Nilsson | Eptesicus meridionalis | Eptesicus okenii | Eptesicus rufescens | Eptesicus serotine | Eptesicus serotinus serotinus | Eptesicus transylvanus | Eptesicus typus | Eptesicus wiedii

Signalements

Les informations données ici représentent l'état actuel des connaissances et ne peuvent être considérées comme exhaustives.