Petit rhinolophe

Rhinolophus hipposideros (Bechstein, 1800)

Classe : Mammalia Ordre : Chiroptera Famille : Rhinolophidae Genre : Rhinolophus

  • 2 738
    observations

  • 296
    communes

  • 423
    observateurs

  • Première observation
    1965

  • Dernière observation
    2020

Ce taxon est considéré comme sensible, la localisation à l'échelle communale n'est donc pas publique.

Informations sur l'espèce

Non renseignée pour le moment
Semblable au Grand rhinolophe, le Petit rhinolophe (Rhinolophus hipposideros) est comme son nom l’indique de taille plus petite que le précédent. Il est d’ailleurs le plus petit représentant de la famille des Rhinolophes, de la taille d’un pouce. Sa morphologie parait plus délicate et fragile que les autres chiroptères de la même taille. Comme tous les Rhinolophes, il s’enroule dans ses ailes lorsqu’il hiberne, son pelage est clair sur le dos et grisâtre sur le ventre. Il possède également une feuille nasale en forme de fer à cheval, dont l’appendice supérieur est pointu et l’appendice inférieur est arrondi (ARTHUR & LEMAIRE, 2015).

En France, l’effectif du Petit rhinolophe est estimé à 32000 individus mais celui-ci serait largement sous-estimé avec des noyaux en Midi-Pyrénées, Bourgogne et Corse. Sa présence à l’extrême Nord du pays reste anecdotique (ARTHUR & LEMAIRE, 2015). La population de l’ancienne Picardie correspond presque à l’essentiel des Hauts de France ; elle est la plus importante du Nord-Ouest de la France. Une majeure partie se concentre autour d’un axe central délimité par la frontière administrative entre l’Oise et l’Aisne, du noyonnais à la vallée de l’Ourcq. Une petite population subsiste dans le Vexin. Une dernière très petite population se situe en vallée d’Authie à la jonction avec le Pas-de-Calais.

L’espèce se retrouve dans les milieux forestiers de feuillus ou mixtes, de petite dimension. La proximité de l’eau est appréciée. Elle peut également se retrouver dans les parcs et jardins des villages.

En hiver le Petit rhinolophe fréquente les gîtes d’hibernation : des cavités souterraines de plus ou moins grande taille, des carrières d’extraction de pierre ou des caves. Le lien entre la géologie, l’histoire humaine et cette espèce est évident en raison des centaines de carrières que l’homme a creusé en Picardie.

En été, les femelles se regroupent dans des gîtes de maternités : elles s’installent dans des combles de taille volumineuse (châteaux, églises, …), dans des combles plus restreints (grenier, grange). En Picardie une soixante de maternités sont identifiées. Dans le Sud de la France, elles se regroupent même dans des cavités souterraines (ARTHUR & LEMAIRE, 2015).

Les terrains de chasse du Petit rhinolophe se situent dans un périmètre d’environ 2.5km autour du gîte (8km maximum), le domaine vital étant de l’ordre d’une dizaine d’hectares mais variant fortement selon les milieux. Le Petit rhinolophe utilise les linéaires arborés afin d’atteindre ses sites de chasse, principalement liés au milieu forestier ou bocager et avec la présence de surface aquatique (ARTHUR & LEMAIRE, 2015).

Le Petit rhinolophe émet en Fréquence Constante, de 106 à 114kHz avec parfois la présence d’harmoniques vers 55kHz. Les émissions sonores sont difficiles à capter car l’espèce n’émet qu’à 5m (ARTHUR & LEMAIRE, 2015).
Non renseignée pour le moment
Le petit rhinolophe est particulièrement menacé par la destruction du réseau de linéaires boisés essentiels au transit de l'espèce entre gîte estival et hivernal ou pour atteindre son territoire de chasse. De plus la destruction directe de gîtes (comblement de cavités, aménagement de combles) ou de colonies, la perte de ressource alimentaire causée par l'utilisation des pesticides ou la perte de territoires de chasse sont autant de facteurs menaçant les populations.
En Picardie, cette chauve-souris est localisée sur le secteur du Laonnois, du Compiegnois et du Soissonnais. Sa répartition très localisée en fait une espèce vulnérable régionalement.
Rhinolophus alpinus | Rhinolophus anomalus | Rhinolophus bifer | Rhinolophus bihastatus | Rhinolophus eggenhoffner | Rhinolophus helvetica | Rhinolophus hipposideros hipposideros | Rhinolophus kisnyresiensis | Rhinolophus majori | Rhinolophus minutus | Rhinolophus moravicus | Rhinolophus pallidus | Rhinolophus phasma | Rhinolophus trogophilus | Rhinolophus vespa

Signalements mensuels

Les informations données ici représentent l'état actuel des connaissances et ne peuvent être considérées comme exhaustives.